Oradour-sur-Glane, monument de la violence et de la douleur

Le village d'Oradour-sur-Glane est situé au nord-ouest de Limoges et est un monument impressionnant des atrocités commises par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Presque tous les habitants du village ont été tués par une unité SS le 10 juin 1944 et tout le village a été détruit. Il y a peu d'endroits en France où les horreurs de la Seconde Guerre mondiale sont aussi tangibles qu'à Oradour-sur-Glane. Peu de temps après la guerre, le président français Charles de Gaulle a visité le village et a décidé que le village devait rester tel que les Allemands l'avaient laissé. C'est toujours un lieu poignant à visiter, depuis votre maison de vacances ou si vous n'êtes que de passage.

Centre de la Mémoire

En 1999, un musée souterrain a été créé à l'entrée du village, le Centre de la Mémoire. L'histoire du village et de la Seconde Guerre mondiale est racontée à travers des photos, des films et d'autres supports audiovisuels. Par un long couloir souterrain vous revenez au-dessus du sol au milieu du village. Toutes les ruines s'y trouvent encore dans l'état du 10 juin 1944. Les noms des propriétaires sont inscrits sur les maisons et les boutiques et indiquent si une boutique, un salon de coiffure, un garage ou un atelier de confection s'y trouvait. Tout est laissé comme il a été laissé le jour fatidique. Même la voiture du médecin est toujours au milieu de la place du village. C'est un avertissement du passé et un symbole des atrocités de la Seconde Guerre mondiale. Un village vide et meurtri comme un avertissement pour les générations futures. "Souviens-toi. Remember" est écrit sur un panneau à l'entrée.

Action de vengeance

Il est encore impossible de dire avec certitude pourquoi 642 personnes ont été froidement assassinées à Oradour-sur-Glane. On pense généralement qu'il s'agissait d'un acte de vengeance. La résistance française avait fait sauter un pont ferroviaire près d'Oradour. Le SS-Sturmbahnführer Helmut Kämpfe y a été tué. C'était un ami du major Diekman qui commandait le régiment qui a commis le massacre d'Oradour-sur-Glane. En représailles, 28 prisonniers avaient déjà été abattus, mais Diekman en voulait plus.

Motif du massacre

Vers 2014, la justice allemande annonce avoir retrouvé la trace d'un homme qui aurait assisté au massacre et pourrait peut-être en dire plus sur les motifs. Le procès contre lui a été abandonné en 2014 faute de preuves. En conséquence, il est maintenant difficile de déterminer exactement les motifs. Un fait étrange est que le même jour, le 10 juin 1944, le village de Distomo en Grèce a été massacré par les Allemands, tuant plus de 200 personnes.

Deuxième division SS Panzer Das Reich

Du sud, une division blindée allemande se dirigeait vers le nord pour combattre les Américains et les Britanniques qui avaient récemment débarqué sur les plages de Normandie. Cette division venait du front de l'Est et avait eu le temps de se reposer dans la région de Montauban. Après avoir été reconstitué avec des recrues de Roumanie, de Hongrie et d'Alsace et avoir repris des forces, ils sont partis pour la Dordogne et le Limousin. La Résistance française avait reçu l'ordre de Londres de retenir cette division le plus longtemps possible car elle constituait une menace pour l'invasion. Au moment où le pont ferroviaire de la région d'Oradour a explosé, cette division était également proche. Après le massacre, Diekman et ses hommes se sont dirigés vers le nord. Il a été tué lors des combats en Normandie.

Massacre à Oradour

Le samedi 10 juin 1944, Oradour-sur-Glane est encerclée par 200 soldats allemands, personne ne peut entrer ni sortir. Tous les habitants doivent se présenter sur la place du village. Beaucoup d'hommes étaient déjà là, attendant la distribution du tabac. Les résidents ont été informés qu'il s'agissait d'un contrôle de routine, d'autres instructions suivraient.

Ensuite, les hommes ont été séparés des femmes et des enfants. Les femmes ont été emmenées à l'église. Une fois que tout le monde fut à l'intérieur, les portes furent fermées et l'église explosa et fut incendiée. Les hommes sont enfermés dans diverses granges qui sont ensuite criblées de balles et incendiées. L'église incendiée est toujours là, ainsi qu'un simple un panneau indiquant l'endroit où les hommes devaient s'aligner.

Oradour sur glane 4 Frankrijk memorial herdenken oorlog vakantie villa.jpg

Survivants

Pendant le massacre, 642 sont morts, environ 30 habitants ont survécu. Ils n'étaient ni à Oradour ni en mesure de s'échapper à l'époque. L'une était Marguerite Rouffanche, la seule femme à avoir survécu au massacre de l'église. Sa fille à côté d'elle a été tuée, elle a fait semblant d'être morte et a ensuite pu sauter par la fenêtre et s'échapper. Une femme avec un bébé saute après elle mais est tuée. Dans un jardin, Marguerite se cache et entend les cris des survivants assis dans l'église en feu. Parmi eux se trouve une autre fille et petite-fille de Marguerite.

Plus de 75 ans plus tard

C'est maintenant plus de 75 ans plus tard. Le temps s'est arrêté à Oradour-sur-Glane. La voiture du médecin est toujours au milieu de la place, les machines à coudre sont toujours dans la boutique et les voitures incendiées sont dans le garage.

Les panneaux de porte rappellent où se trouvait le pub du village, la boulangerie, le garage, les écoles. De nombreuses façades sont encore debout, le reste des maisons a été entièrement détruit. Entre les murs en ruine se trouvent encore quelques objets métalliques qui ont résisté aux flammes et au temps. Les rails du tramway sont toujours là et une partie des câbles aériens est encore intacte. Près de l'église où les femmes et les enfants ont été tués.

Retour à l’aperçu